SOCIÉTÉ DE GESTION DE PORTEFEUILLES AGRÉÉE PAR L’AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS


LA COMMUNICATION

Grâce à son adossement au CIC, GESTYS est en mesure de communiquer rapidement et en toute transparence avec ses clients.

Tout d’abord, les mandats de gestion et de transmission d’ordres matérialisant la relation entre GESTYS et ceux-ci, ont été soumis et agréés à l’AMF. Il y a donc peu de place pour l’imprécision, même si la complexité et la technicité du métier peuvent engendrer périodiquement des incompréhensions que le relais téléphonique et des rencontres régulières ont la capacité de faire disparaître.

Les valorisations des portefeuilles («ordinaires», selon la terminologie couramment adoptée, et plans d’épargne en actions) sont mensuelles et sont adressées aux clients dans les quinze premiers jours qui suivent la fin du mois : elles sont arrêtées à la clôture de la dernière séance de bourse. Avec la même fréquence et dans le même délai, sont postés les états mensuels d’opérations.

En outre, dans les 48 heures de chaque opération d’achat ou de vente de titres, des avis informatifs sont envoyés aux clients.

Semestriellement, conformément aux prescriptions de l’AMF, GESTYS adresse aussi à ses clients un rapport de gestion qui retrace notammen les écarts à la hausse comme à la baisse des encours gérés et comptabilise les apports et retraits effectués par le client.

GESTYS met encore à la disposition de ses clients des documents variés et actualisés qui veulent répondre à leurs questions patrimoniales.

Si tous ces documents précis laissent subsister dans l’esprit d’un client un quelconque doute sur la réalité de sa situation, les gérants de GESTYS ainsi que l'administrateur des opérations de marché sont sollicitables pour des explications complémentaires «en temps réel».

Qu’il s’agisse d’un dialogue par téléphone, par courrier électronique ou par télécopie, il n’est possible que grâce à la liaison avec les marchés. Pour ce faire, GESTYS est équipée des outils d’information les plus performants. La consultation électronique des portefeuilles à partir de chez soi ou de tout bureau ou résidence techniquement équipée, est ou sera possible sur demande particulière du client.

Enfin, puisque GESTYS revendique les avantages d’une dimension humaine et réactive, il n’y a pas de communication satisfaisante sans rencontres régulières. L’ouverture de comptes de titres, la signature de mandats de gestion ou de transmission d’ordres ont été l’occasion de définir les objectifs et le niveau de risques acceptés, de réfléchir sur les profils des patrimoines et leur évolution, mais aussi de prendre date pour une révision périodique de tous ces éléments. Obtenir un rendez-vous de son gérant n’est pas une source de dérangement ou de surcharge de travail pour ce dernier, comme on peut le ressentir dans des structures plus importantes, mais une étape constructive dans la relation de longue durée entre GESTYS et son client.


La presse parle de nous

30/03/17
"... Beaucoup de biotechs affichent des valorisations à la casse ..."(1 article)
Lire l'article


12/06/15
"... Les biotechs aux plus forts potentiels ne sont pas les plus en vue ..."(1 article)
Lire l'article


05/05/15
"... Genfit, Cellectis, Transgene, Nicox, AB Science, Celyad, Integragen : quelques préconisations phares à avoir à l'esprit avant de se positionner sur les biotechs françaises ..."(1 article)
Lire l'article


13/01/15
"...Les 50 qui ont fait l’actualité en 2014..."(1 article)
Les 50 personnalités de l'année


06/01/15
"...En passant par un fonds, on s’assure que les hausses de certaines valeurs peuvent amortir la baisse des autres..."
Lire l'article :(2 articles)
article 1

article 2


13/01/15
"...Il ne faudrait pas passer à côté du Google de demain dans la biotechnologie..."(2 articles)
Les fonds de biotechnologies cherchent à creuser leur sillon

Pourquoi les biotech vont se développer


13/10/14
"...Le secteur des biotechs devrait rester porteur dans les prochaines années..."
Lire l'article :


"Les biotechs européennes à l'aube d'une nouvelle dimension"
Lire l'article :


"« S’ils viennent, ce n’est pas pour grappiller 10 à 20 %, mais plutôt pour multiplier leurs investissements par deux ou par trois »,"
Lire l'article :


"...Nous assistons à l'émergence d'un véritable secteur européen des biotechnologies..."
Lire l'article :